Le Blog des Marrons Givrés …

Infos, programmes et autres "givrétudes"

 

Argile 2 15 mai 2013

Classé dans : Non classé — LES MARRONS GIVRES ... @ 16 h 38 min

Bonjour, très chers amis Les Marrons, il est enfin temps pour moi de reprendre contact avec vous pour…roulement de tambour…lancer les inscriptions à la journée cuisson four papier du dimanche 02 juin, et oui !

Alors, forcément ce message s’adresse plus particulièrement aux participants de la journée argile 1, puisqu’il s’agit de cuire les pièces réalisées ce jour là…Mais mais mais, sait on jamais, il se pourrait bien que d’autres personnes soient intéressées par ce mode de cuisson céramique, et je vous informe alors tout de go, sans hésitation aucune, et avec des trémolos dans la voix, que vous êtes les biens –venus !

Au fait, certains se demandent encore si ça se trouve : « Mais c’est quoi à la fin cette histoire de four papier ? »

-« Et bien il s’agit là d’un four éphémère que l’on dresse autour des pièces à cuire, dont les matériaux de construction sont principalement des planches (merci Stéphane), du papier, de la barbotine…

-« Mais c’est quoi à la fin de la barbotine ?

-« Et bien il s’agit là d’argile fortement humide, dont la consistance se rapprochera cette fois de la pâte à crêpes épaisse, ou de la bouillasse gadouillasse si cette comparaison vous parle plus…

A la question : « Mais c’est quoi au fait de l’argile à la fin ? », je répondrai brièvement « Que c’est par exemple, si j’en crois mes vieux cours de techno, un mélange de Al2Si2O9H4 et de quartz, calcaire, feldspath, fer, et vous me mettrez un peu de chamotte en prime si ça ne vous dérange pas trop, merci »

Bon donc ce four, il faudra le construire, certes, puis il s’agira de le bichonner, de le surveiller, de l’alimenter sans relâche pendant un certain temps ou un temps certain, ce glouton vorace, longtemps longtemps avec de la cagette qui marche bien.

Bref, on en aura pour une bonne journée à s’afférer autour, tels de petites abeilles ouvrières…

Un grand moment de partage et d’émotion en perspective donc, avec en prime le suspense du résultat de la cuisson : le feu nous réservera certainement des surprises, avec, on espère, pas de casse et de beaux effets de flammes…

Je dis « on espère » car je précise bien hélas, pour les âmes sensibles, que les beaux résultats ne sont pas contractuels. Mais suis-je sotte, vous avez déjà bien intégré cette donnée, forts de votre expérience de la cuisson des oiseaux siffleurs au four bouse de vache…des joies…des peines…

Bon allez, assez palabré là, on envoie les inscriptions siouplé, un peu de courage que diable ! (Ced étant convalescent, on aura pas de lien sur le blog comme on fait d’habitude alors merci de vous inscrire en envoyant un mail aux marrons!)

ZOU c’est parti !

PS : Merci d’avance aux participants de bien vouloir préparer des cagettes et du papier glacé (catalogue, pub)   à amener le jour J merci beaucoup.

PS Bis : Pour le tarif, ça devrait tourner autour de ceux d’argile 1 (7 Euros adultes et 5 enfants)

Pascale.

 

 

Une histoire dont on a été les héros… 12 mai 2013

Classé dans : Non classé — LES MARRONS GIVRES ... @ 11 h 28 min

Nous voici de retour, sains et saufs ! Tout s’est très
bien passé et nous allons vous le conter : Il était une fois de jeunes
vieux qui voulaient organiser un séjour pour leurs vrais jeunes. Ils partirent
dans une contrée nommée « Gorges du Tarn » pensant y trouver chaleur
et volupté mais bien des surprises les y attendaient. A peine furent-ils
arrivés qu’un esprit malveillant subtilisa le portable d’Arthur. Cela n’empêcha
pas tout le monde d’installer ses tentes mais désormais, ils savaient qu’ils n’étaient
pas seuls ! Le campement installé, les jeunes prirent la décision d’aller
explorer les berges du Tarn mais c’était sans compter sur le chef-râleur Nico
qui les mit en garde sur les dangers qu’ils encouraient. C’est donc sous la surveillance
des jeunes vieux qu’ils repartirent gaiement se baigner dans une eau qui ô
magie, malgré le dicton (mai, fais ce qu’il te plaît), ne devait pas être à
plus de 8 degrés. Or les vrais jeunes étaient plein de courage et ils
affrontèrent cette malédiction avec le sourire, passant une heure à barboter avec
les pieds bleus comme résultat. Une fois rentrés, ils décidèrent tous de
préparer des potions qui leur donneraient les forces nécessaires pour affronter
ces mystérieuses forces maléfiques : roses des sables, charlotte aux poires
et gâteaux aux pépites de chocolat furent concoctés patiemment selon des
méthodes ancestrales qu’Arthur, encore lui, maîtrisait bien. Il fallait le voir
écraser la poire au creux de sa main et étaler le fromage blanc avec vigueur,
quel spectacle pour non sens ! Le soir venu, la malédiction persista et
des trombes d’eau s’abattirent sur le campement. Mais nos jeunes vieux étaient
plein de ressources et des bâches anti-maléfices furent tendues entre les
véhicules pour que le repas se passe sans encombre. Le lendemain matin, la
petite troupe pris le chemin du village de Montbrun pour tâcher d’y rencontrer
le druide du coin, histoire qu’il transmette aux mauvais esprits un message :
« lâchez-nous un peu la grappe ! » Malheureusement, malgré les
investigations, ce personnage ne fut pas trouvé et il fut alors décidé d’aller
le quérir l’après-midi même sur le causse, car en attendant, il fallait se
nourrir. Seulement, les aventuriers n’ayant pas dégusté de potion depuis la
veille au soir, la malédiction les frappa à nouveau. Elle semblait s’acharner
sur un de leurs membres en particulier, je vous le donne en mille, Arthur !
C’est ainsi que le malheureux se trancha le doigt avec le couteau à pain en
voulant confectionner de simples sandwichs. Il était ainsi condamné à ne plus
pouvoir faire la vaisselle et c’est toute l’équipée qui fut finalement touchée.
La rage au ventre, ils partirent illico sur le Causse pour y trouver de l’aide.
Cartes à la main, et séparés en équipes pour être plus efficaces, ils
arpentèrent ces paysages hostiles à la recherche d’âme qui vive, ils ne
trouvèrent qu’un dolmen, signe que notre druide était mort, une doline et une
ferme qui faisait de l’agneau, des œufs, quelques légumes et peut-être du miel,
je sais plus trop…. Les dés étaient jetés, il faudrait affronter la malédiction
sans l’aide d’aucun sorcier. Le soir même, ils décidèrent de déplacer le lieu
de restauration pour brouiller les pistes, ils mangeraient au bord de la
rivière ! Tout fût pensé dans les moindres détails par le
chef-débrouillard P’tit Ced qui s’acharna à faire brûler de vieux rondins pour
faire cuire les saucisses au choux et à la blette (véridique, mortel !)
Mais un mauvais sort fut sans doute jeté car rien à faire, cela ne cuisait pas.
Le chef-guilleret Steph pris alors les choses en main et nous montra toute l’étendue
de ses pouvoirs, 10 minutes plus tard, c’était cuit ! Des chamallows
magiques furent même fondus et certains s’essayèrent également à la fonte de l’eau
mais c’était risqué. Avant de regagner les tentes, les esprits furent invoqués
à l’aide d’effets très spéciaux à base de lumière dans la nuit. Pourtant, malgré
toutes ces précautions, la malédiction frappa de plus belle et cette fois-ci, c’est
Francesca, la chef-pourtant-tranquille qui se transforma en sorcière, un peu
comme la photo prise du paquet de sucre glace. Au moins, tout le monde pionça
rapidement, ce n’était pas plus mal. Le lendemain, après un conseil des chefs,
il fut décidé que la seule possibilité pour sortir de la malédiction était de
mettre les voiles et ça tombait bien puisque le séjour était fini, enfin pas
tout à fait puisqu’une dernière fois, un sortilège fut lancé sur la tente de ce
pauvre Arthur qui explosa littéralement (euh, la tente, pas Arthur). Voilà, sur
le chemin du retour, ils passèrent par les chutes de la Rhune ou un truc comme
ça et c’était carrément pas dégueulasse. Bref, nous arrivumes à bon port vers
18h en ayant vainqui le maléfice, les mauvais esprits savaient désormais à qui
ils avaient affaire !

Vacances Givrées
Album : Vacances Givrées
Voici les photos du séjour organisé par de jeunes vieux pour de vrais jeunes...
42 images
Voir l'album

 

 

Soirée resto et Journée argilo 12 avril 2013

Classé dans : Non classé — LES MARRONS GIVRES ... @ 20 h 40 min

Salut à tous, après ces purs moments passés ensemble, rien de tel qu’un petit article pour, déjà, se remémorer…

Comme j’aime bien que ça tourne, j’ai demandé à Laurent de s’y coller pour la soirée restaurant et ça a donné ça: « ……… ».

On mettra ça sur le compte de la timidité… Bon, voyez plutôt les photos qui sont, comment dirais-je, plus parlantes!

Soirée resto et Journée argilo p10801481-225x300p1080151-300x225p1080157-300x225p1080191-300x225p1080214-225x300p1080215-225x300p1080216-225x300p1080218-300x225p1080222-300x225p10802311-300x225p10802471-225x300p1080252-300x225p1080253-300x225p10802981

Quant à la journée argile, j’ai demandé à Claire qui faisait ce dimanche ses premiers pas aux marrons:

« Pour cette journée argile qui était aussi pour moi et ma petite famille notre première journée marronesque, nous avons bénéficié d’un temps absolument idyllique qui aurait pu faire croire au printemps ! C’est donc en plein air et en plein soleil que petits et grands se sont activés dans une ambiance studieuse mais néamoins joyeuse à la construction de bols, pots, jarres et autres Objets Céramiques Non Identifiés sous la houlette de Pascale et Julie, nos charmantes animatrices. Un peu plus bas sur le terrain un étrange rituel chamanique se
déroulait autour d’un feu : la fameuse cuisson « bouses de vache » des oiseaux réalisés lors de la première journée argile. Une cuisson longue et délicate qui n’a pas ménagé son suspense. Au final quelques decéptions (oiseaux cassés ou noircis) mais ce fût une vraie expérience : la magie de la terre et du feu à l’oeuvre.

En bref une excellente journée épicée avec du rire, de l’émotion, de la science (si, si…), de l’art et surtout de la convivialité ! Petit bémol, signé Sam, 4 ans : « la terre, ça fait les mains toutes sales »…

p1080366-300x225p1080391-300x225p10804023-300x225p10803634-300x225p10804072-300x225p10804181-300x225p10804211-300x225p10804261-300x225

Et Pascale de rajouter:

« Heu, je tenais à préciser que normalement la cuisson aurait dû être rapide, mais il fallait sécher le sol trempé par la pluie…Et  je voulais aussi rajouter qu’il y avait avec nous Jacques,  potier confirmé, qui a été d’une grande aide, notamment dans la conception de l’udu. Dire que cela faisait plus de 20 ans qu’il n’avait pas touché la terre! Il aurait bien aimé nous éclairer de ses lumières en parlant physique-chimie, défloculage et compagnie, mais on était pas encore assez réceptifs…la prochaine fois! Merci à tous pour cette agréable journée. » Pascale.

Merci à eux trois pour leur témoignage et à tous pour les bons moments…

A bientôt.

Nico

 

123456...12
 
 

associationjunior |
laboutiqueetreendevenir |
avbey |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | comitedefensehopitalmontlucon
| leschameauxdepierrevillers
| tatocapoeiraecultura